1 million d’espèces menacées de disparition selon le rapport IPBES. Le WWF appelle à une action urgente

1 million d’espèces menacées de disparition selon le rapport IPBES. Le WWF appelle à une action urgente

Paris, France, le 6 mai 2019 - La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) publie un rapport d’évaluation mondiale historique fournissant des preuves irréfutables de la détérioration rapide de la nature et de ses contributions à la population mondiale. Près d'un million d'espèces animales et végétales sont menacées de disparition. Un nouvel accord pour la nature et les hommes d'ici 2020 est indispensable pour éviter un point de non-retour. Le rapport est un appel lancé aux décideurs et aux entreprises pour qu’ils prennent des mesures décisives. En Belgique, les partis politiques qui seront autour de la table après les élections du 26 mai, devront inscrire la biodiversité et le climat dans l’accord de coalition.

 

L’étude scientifique de 1 800 pages est le premier aperçu complet de l’état de la biodiversité dans le monde depuis 2005. Les données proviennent de 400 experts mondiaux de 50 pays. Faisant écho à de nombreuses conclusions du Living Planet Report du WWF publié en 2018, ce rapport dresse un tableau alarmant des extinctions d’espèces, du déclin des populations d’espèces sauvages, de la perte d’habitat et de l’épuisement des services écosystémiques essentiels à notre subsistance et à notre développement économique.

Selon les conclusions du rapport de l'IPBES, les actions humaines ont considérablement modifié la nature à travers le monde. Les trois quarts de l'environnement terrestre et environ 66% de l'environnement marin ont été sensiblement altérés. Plus du tiers de la surface terrestre mondiale et près de 75% des ressources en eau douce sont maintenant consacrés à la production végétale ou animale. Près d'un million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées d'extinction dans les décennies à venir. Du jamais vu dans l'histoire de l'humanité.

Le rapport de l'IPBES fournit également une étude complète sur les liens entre le changement climatique et la perte de la nature. Parmi les principaux contributeurs aux changements des écosystèmes, le changement climatique impulsé par l'homme. Les émissions de gaz à effet de serre ont doublé, augmentant la température moyenne mondiale d’au moins 0,7 degré celsius, tandis que le niveau moyen de la mer a augmenté de 16 à 21 centimètres depuis 1900. Ces changements ont contribué à étendre les impacts sur de nombreux aspects de la biodiversité, y compris la disparition des espèces.

La Belgique a aussi du pain sur la planche…

Au cours des deux dernières semaines, le WWF a interrogé les partis politiques belges au cours d’entretiens qui ont été diffusés en direct via Facebook. Dans ces "Panda Lives", les présidents de parti et les ministres ont été interrogés sur leurs projets de lutte contre la crise du climat et de la biodiversité. Notre pays a une responsabilité importante et doit œuvrer au rétablissement de la biodiversité et à la réalisation des objectifs climatiques convenus au niveau international :

Mettre tout en œuvre pour que la Belgique mette fin aux subsides aux énergies fossiles.

Développer une politique agricole saine pour les hommes et la nature.

Créer plus d’espace pour la nature.

 

De plus, la Belgique doit prendre des mesures pour réduire son empreinte en :

Mettant en place une stratégie nationale contre la déforestation.

Stoppant le commerce illégal de bois et d'espèces sauvages en Belgique.

En réponse au rapport, plus de 700 scientifiques du monde entier ont appelé aujourd'hui les dirigeants politiques à prendre au sérieux l'effondrement de la biodiversité.  Parmi eux, 82 scientifiques et figures publiques belges qui soulignent le rôle fondamental de la biodiversité et de la nature comme base de toute vie et de toute activité humaine. Le "Call4Nature" est une lettre ouverte initiée par le WWF qui souligne le besoin urgent d'action des dirigeants politiques pour mettre fin à la disparition alarmante de la vie sur terre.

 

 

Note à la rédaction  

  • Les élections législatives, régionales et européennes de mai 2019 détermineront l'orientation de nos gouvernements pour les cinq prochaines années. Ce triple scrutin est une étape essentielle de la réforme de notre société. Le WWF veut utiliser la campagne électorale pour inscrire la biodiversité et le climat à l'agenda politique de tous les partis. Pour aider nos futurs gouvernements, nous avons identifié quatre actions politiques concrètes: mesures pour le climat, mettre fin au commerce illégal de bois et de la faune, soutenir une agriculture saine pour les personnes et la nature et donner plus d'espace à la nature. Pour tout savoir sur la campagne sur https://www.wwf.be/fr/campagnes/elections2019/ 

  • Retrouvez notre communiqué de presse : https://www.wwf.be/fr/press/ 

  • Le WWF est l’une des organisations indépendantes les plus importantes et les plus expérimentées du monde en matière de protection de la nature. Elle est active dans plus de 100 pays et compte plus de 5 millions de sympathisants. Le but du WWF est de laisser une planète viable aux générations qui nous succèdent. Le WWF s’engage pour la conservation des espèces et de leurs habitats : forêts, zones humides et océans. Le WWF contribue également à apporter des solutions à la pollution, au gaspillage des ressources naturelles et au changement climatique.  

  • Soutenez le travail du WWF et visiter notre site https://www.wwf.be.   

A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles