10 Tétras lyres de Suède relâchés en Hautes Fagnes dans le but de sauver l’espèce emblématique du parc naturel

10 Tétras lyres de Suède relâchés en Hautes Fagnes dans le but de sauver l’espèce emblématique du parc naturel

Mercredi 10 mai 2017 — Le 28 avril dernier, suite à une mission coordonnée par l’Université de Liège et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, et accompagnée par un représentant du WWF-Belgique, 10 Tétras lyres (5 mâles et 5 femelles) capturés en Suède ont été relâchés dans les Hautes Fagnes, dans le but de renforcer la présence de l’espèce emblématique du parc naturel, menacée de disparition à court terme.

 

Mont Rigi (Wallonie), 10 mai 2017 – Le 28 avril dernier, suite à une mission coordonnée par l’Université de Liège et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, et accompagnée par un représentant du WWF-Belgique, 10 Tétras lyres (5 mâles et 5 femelles) capturés en Suède ont été relâchés dans les Hautes Fagnes, dans le but de renforcer la présence de l’espèce emblématique du parc naturel, menacée de disparition à court terme.

L’enjeu est d’aider l’espèce à retrouver un niveau de population viable à moyen et plus long termes, entre 80 et 160 individus mâles et femelles confondus, afin d’éviter son extinction en Belgique. En effet, la population de Tétras lyres en Hautes Fagnes est la dernière en Belgique et l’une des dernières en Europe du Nord-Ouest. Protégée et reconnue comme une espèce Natura 2000, le Tétras lyre (petit coq de bruyère) a une grande valeur écologique : il est considéré comme une « espèce parapluie », son habitat étant utile à d’autres espèces animales et végétales caractéristiques des mêmes milieux.

La population de Tétras lyres connaît un réel déclin en Hautes Fagnes depuis le milieu des années 90’. Avec seuls deux individus mâles et une femelle en 2017, le danger de disparition est imminent. Trop isolée géographiquement, la population n’a que très peu de chances de remonter seule la pente, d’où cette mission de renforcement à partir d’individus exogènes sauvages capturés dans une contrée où l’espèce est abondante. Les 10 individus capturés proviennent de Suède, pays qui autorise la capture et l’exportation des oiseaux vivants à des fins de sauvegarde. La capture a été réalisée le 27 avril dernier, les Tétras lyres sont arrivés en Belgique le 28 avril et relâchés le jour même en Hautes Fagnes, après avoir été tous bagués et pour certains, munis d’un émetteur GPS qui permet leur localisation et leur suivi dans le Parc naturel.

Cette opération de translocation a été menée par l’ULg et l’IRSNB dans le cadre d’un programme soutenu par le Ministre wallon de la Nature, M. René COLLIN, et le Service public de Wallonie via le Département de la Nature et des Forêts, gestionnaire de la réserve domaniale. Ce programme bénéficie également du soutien étroit de plusieurs partenaires dont le WWF-Belgique, l’entreprise Spadel et Pairi Daiza Foundation. Il sera suivi idéalement pendant les cinq années à venir d’autres opérations de translocation d’oiseaux sauvages combinées à des introductions d’individus élevés en conditions semi-naturelles.

Le suivi scientifique de ce programme de renforcement des Tétras lyres des Hautes Fagnes est assuré par l’Université de Liège et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique à partir de la Station scientifique des Hautes Fagnes à Mont Rigi.

Pour le Professeur Pascal Poncin, responsable de l’Unité de Biologie du Comportement à l’Université de Liège, promoteur du programme de renforcement du Tétra lyre en Hautes Fagnes :  « L’Université de Liège observe l’évolution des populations de Tétras lyres en Hautes Fagnes depuis 50 ans, et la situation est arrivée à un seuil véritablement critique, notamment suite à l’incendie d’avril 2011. Si rien n’était tenté, il ne fait aucun doute que l’espèce disparaîtrait de nos contrées à brève échéance car un repeuplement naturel n’est pas possible à partir des populations les plus proches (aux Pays-Bas et en Allemagne). Nous espérons ainsi que l’opération de renforcement que nous venons de mener, et qui sera suivie d’autres opérations de ce type dans les prochaines années, permettra de sauver la présence de l’espèce emblématique des Hautes Fagnes. »

Pour Roseline Beudels-Jamar, responsable de l’Unité de Biologie de la Conservation de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique : « L’opération de renforcement de la population du Tétras lyre dans les Hautes Fagnes est une action essentielle, une action de la dernière chance, en faveur d’une espèce particulièrement emblématique de notre patrimoine. Cette action s’inscrit parfaitement dans la ligne des efforts de  conservation et de restauration du patrimoine naturel européen que l’Unité déploie depuis plus de quarante ans. Didier Vangeluwe apporte avec enthousiasme au projet l’expertise considérable que l’unité de baguage de l’Institut met depuis des années au service d’actions de conservation en Belgique et en Europe. Nous sommes particulièrement heureux de mener cette opération avec l’Université de Liège, et de rendre ainsi hommage au très regretté Professeur Jean-Claude Ruwet, avec qui nous avons entretenu depuis toujours des liens étroits d’amitié et de collaboration, et qui avait fait de la sauvegarde du Tétras lyre le projet de toute une vie. »

Céline De Caluwé, responsable projet chez WWF-Belgique : « Avec cette action, le WWF veut aider à sauver une espèce emblématique pour notre pays, comme elle l’a fait dans plusieurs pays du monde comme pour le lynx en Espagne et en Autriche, le bison en Roumanie et le rhinocéros en Afrique du Sud par exemple. Pour la survie de ces espèces, le WWF veut mettre en évidence l’importance des paysages qui abritent une grande diversité de plantes et animaux. Les Belges s’inquiètent de l'état de notre nature et nous demandent des actions concrètes pour sa préservation. Grâce à la générosité de nos membres, nous pouvons soutenir ce projet. »

Pour Patrick Jobé, responsable environnement et eau du groupe Spadel : « La participation de Spadel (eaux minérales naturelles de Spa) dans ce projet coulait de source. En effet, cela fait plus de 125 ans que l’on contribue à la protection et la préservation de l’eau, de l’environnement, de la biodiversité et en particulier des Fagnes. Je pense notamment au partenariat public-privé de 1967 appelé Modus Vivendi pour la sauvegarde des Fagnes Spadoises et de la biodiversité, à notre contribution au projet Life Ardenne Liégeoise pour la restauration des zones tourbeuses et de leurs biotopes ainsi qu’au futur Parc Naturel des Sources sur les communes de Spa et Stoumont. Sauver le Tétras lyre, l’emblème des Fagnes, tombait sous le sens pour nous. Nous espérons le revoir rapidement en nombre dans les Fagnes. »

Vincent Werbrouck, managing director de la Pairi Daiza Foundation : « La Pairi Daiza Foundation est la continuité logique de notre volonté de protéger les beautés de la nature pour en faire profiter chacun de nous en Belgique et au-delà de nos frontières. Le renforcement du Tétras lyre dans les Fagnes s’inscrit exactement dans les 4 axes de développement que nous nous sommes fixés. A savoir, l’amélioration du bien-être des animaux, la réhabilitation et la protection des habitats, la réintroduction des espèces animales et végétales dans leur biotope d’origine et la recherche scientifique sur les facteurs de menace pesant sur les espèces sauvages. »

 

A l’attention de la rédaction

Téléchargement d’images (photos et vidéos) dont la capture en Suède et du renforcement en Hautes Fagnes par les 10 Tétras lyres : https://dox.ulg.ac.be/index.php/s/Sd9nE8KQeSiGQa7

Published with Prezly