.

.

Chers responsables politiques,

Ces derniers mois, plus que jamais, il a été question du "climat". L'appel des jeunes, des scientifiques, des chefs d'entreprise, des organisations de la société civile et de nombreux citoyens à lutter contre le réchauffement climatique s’est fait de plus en plus fort. Quelque chose que vous avez pourtant déjà promis : la Belgique a signé l’accord de Paris sur le climat, dans lequel nous nous engageons à faire tout ce qui est nécessaire pour maintenir le réchauffement climatique bien en-dessous de 2 degrés et continuer à viser un maximum de 1,5 degré.

Entre-temps, 74% de la population est demandeuse qu’on lutte contre le réchauffement climatique. Et les citoyens se posent des questions légitimes. Ils demandent quel est le plan concret ? La lutte contre le réchauffement climatique est-elle réaliste et abordable ? Et même : n'est-il pas déjà trop tard ?

Par conséquent, mettons-nous d’accord sur l’essentiel. Oui, cette génération et les précédentes ont créé beaucoup de prospérité et de bien-être. Non, tout n'est pas encore perdu. Mais la façon dont nous vivons aujourd'hui endommage irrévocablement la Terre, son climat et donc aussi la qualité de vie des générations futures. Heureusement, notre génération peut encore y faire quelque chose.

De nombreuses solutions existent déjà : réseaux de chaleur, éoliennes, pistes cyclables, stockage d'hydrogène, etc. C’est un appel à vous, responsables politiques, à vous accorder au-delà des frontières de vos partis : créez l’impulsion qui rende ces solutions abordables et acceptables pour tous. Au cours des trente prochaines années, transformons notre pays en une nouvelle Belgique, un pays dans lequel notre mode de vie, notre mobilité, notre production d’électricité et notre industrie seront tels que leur impact sur le climat et les générations futures sera significativement moins important.

Oui, c'est un changement complexe qui doit être bien réfléchi. Pour construire des alternatives climatiquement neutres, un plan d'investissement à long terme est nécessaire. Cela va coûter de l'argent, 4 à 7 milliards d'euros par an. Mais à long terme, nous économiserons plus de 10 milliards que nous dépensons aujourd’hui pour du pétrole et du gaz provenant de l’étranger. Nous devons également encourager les citoyens et les entreprises à adapter leur façon de vivre et d’entreprendre de manière à ce que le fossé entre riches et pauvres ne se creuse pas davantage et que la compétitivité de nos entreprises ne soit pas compromise. Ce n'est pas forcément chose aisée. Laissez-nous vous soutenir dans cette démarche, chers politiques. Experts, scientifiques, entrepreneurs, organisations : tous sont prêts à vous aider à élaborer un plan ambitieux à long terme.

Écrivons ensemble une histoire convaincante. Après tout, la transition entraînera une augmentation significative de l’activité économique durable. Nos entreprises peuvent offrir les solutions dont le monde entier aura bientôt besoin. Nous bénéficierons tous d’un air plus sain et serons moins affectés par les maladies causées par la pollution et les émissions. Alors, faites preuve d’ambition. Convenez d'un accord transcendant les clivages politiques pour rendre la Belgique climatiquement neutre d'ici 2050. Donnez un ancrage à cet objectif et tracez la voie pour y parvenir. Commençons ensemble un processus pour parvenir à une politique équilibrée à long terme. C'est le cœur du message de Sign for my Future. C'est ce que nous devons aux générations suivantes. Nous sommes prêts à y prendre une part active et à assumer notre part de responsabilité.

A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles