Climate Change Performance Index : la Belgique à la 32e place sur 60 !

Climate Change Performance Index : la Belgique à la 32e place sur 60 !

Mercredi 15 novembre 2017 — La Belgique occupe la 32e position du classement relatif à l’efficacité de la lutte contre les changements climatiques des pays les plus polluants du monde. Pour les ONG environnementales belges, ce classement médiocre est le reflet de l’absence de vision politique claire en matière d’énergie et de climat ces dernières années dans notre pays.

La Belgique occupe la 32e position du classement relatif à l’efficacité de la lutte contre les changements climatiques des pays les plus polluants du monde, classement établi annuellement par Germanwatch et le Climate Action Network (CAN) Europe. Pour les ONG environnementales belges, ce classement médiocre est le reflet de l’absence de vision politique claire en matière d’énergie et de climat ces dernières années dans notre pays.

Le « Climate Change Performance Index » (CCPI), publié ce mercredi, est un classement international visant à objectiver la comparaison des efforts climatiques fournis par 56 pays et l’Union Européenne, totalisant ensemble plus de 90 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Le podium, réservé aux pays qui mettront en œuvre des politiques suffisantes pour respecter les engagements de l’Accord de Paris de rester nettement sous les 2°C et de poursuivre les efforts en vue de rester sous les 1,5 °C, reste vide. Viennent ensuite la Suède, la Lituanie et le Maroc.

 

L’Europe des 28 (EU28) est classée à la 21e position et la Belgique à la 32e position.

La note médiocre de la Belgique, sous la moyenne européenne, tient notamment au fait qu’elle n’est actuellement pas en bonne voie pour réaliser ses objectifs climatiques européens à l’horizon 2020.

D’une part, au lieu de continuer à diminuer, les émissions belges de gaz à effet de serre sont légèrement reparties à la hausse en 2015 et 2016. Si la tendance actuelle se poursuit, les émissions belges seront supérieures à l’objectif en 2020.

D’autre part, les incertitudes de ces dernières années en termes de vision énergétique ont plombé l’investissement dans les énergies renouvelables. Si la Belgique a toujours été sous la moyenne européenne en termes de pourcentage d’énergie renouvelable, notre pays avait, au début de la décennie actuelle, fourni un réel effort pour combler partiellement ce retard.

« La Belgique ne peut plus se reposer sur ses efforts antérieurs, il est grand temps que nos décideurs passent à la vitesse supérieure et définissent un plan climat qui mette notre pays sur la bonne voie pour 2030 » indique Julie Vandenberghe, experte climat du WWF.

« Au-delà des discours, nos élus doivent assurer une cohérence bien plus forte entre toutes les politiques mises en œuvres, quel que soit le domaine, et les objectifs climatiques » souligne Noé Lecocq, chargé de mission climat pour Inter-Environnement Wallonie.

A l’occasion de la COP23, les organisations environnementales (Inter-Environnement Wallonie, Bond Beter Leefmilieu, Greenpeace et WWF) demandent aux gouvernements régionaux et fédéral de passer à la vitesse supérieure pour implémenter l’Accord de Paris en Belgique. Ceci implique une ambition renforcée pour la politique climatique à l’horizon 2030.

Le rapport « Climate Change Performance Index 2018 » est disponible ici (en anglais) : https://germanwatch.org/en/ccpi

Note : La méthodologie du CCPI a été adaptée pour mesurer plus directement l’adéquation entre les politiques climatiques nationales et l’Accord de Paris. Ceci ne permet pas, malheureusement, de comparaison directe avec le classement de l’année passée.