Coup d’envoi de la COP25 : il est grand temps d’avoir un gouvernement pro-climat

Coup d’envoi de la COP25 : il est grand temps d’avoir un gouvernement pro-climat

Un nouveau sommet sur le climat débutera lundi à Madrid. La priorité : revoir les ambitions à la hausse. Les plans actuels que les pays ont soumis à l’ONU sont nettement insuffisants. Le moment est venu pour les gouvernements belges de prouver l’authenticité de leur engagement pour le climat. Après tout, il y a un appel mondial pour une action climatique immédiate ! Dans une étude comparative de Climate Action Network, la Belgique se colore de rouge sur tous les graphiques (rouge pour aucune amélioration).

Nous avons déjà perdu énormément de temps. Le constat est devenu une fois de plus évident cette semaine avec la publication d’un rapport de l’ONU sur les émissions de gaz à effet de serre. Celui-ci nous avertit que nous devons diminuer nos émissions de C02 de 7,5% par an à partir de 2020 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°c d'ici 2100, comme le préconise l’Accord de Paris.

La Belgique aussi doit se doter d’un gouvernement pro-climat. Avec les accords de gouvernements régionaux conclus et les négociations au niveau fédéral, il est temps d’allier l’action à la parole. Les nouveaux ministres admettent que la Belgique n’atteindra pas ses objectifs pour 2020, et que nous devons tout mettre en œuvre pour les atteindre en 2030. Selon la Commission Européenne, cela ne sera pas possible sans la mise en œuvre de mesures fortes. Fin décembre, la Belgique devra remettre une nouvelle version de son Plan national Energie Climat à l’Union Européenne. La Commission Européenne a formulé une série de recommandations en juin 2019 concernant une première version faible du plan. Quelles seront les corrections apportées au Plan national Energie Climat plusieurs mois après la formation des gouvernements ? Cela reste un mystère…

Un petit pays avec de grandes émissions

L’idée que la contribution de la Belgique à la lutte contre le changement climatique serait négligeable est fausse. Même si notre pays est petit par sa superficie, notre empreinte par habitant est l’une des plus élevées du monde, comme l’a démontré à plusieurs reprises le rapport Planète Vivante du WWF. Nos émissions domestiques sont élevées et notre comportement de consommation est également responsable des émissions à l’étranger. Le WWF a calculé que pour produire 7 matières premières agricoles consommées en Belgique, 4,2 millions d’hectares de terres (soit près d’une fois et demi la surface de la Belgique) son exploités dans des pays où les forêts tropicales sont détruites à la vitesse de l’éclair. La déforestation importée causée par notre consommation contribue aux émissions mondiales de gaz à effet de serre.  

Il est grand temps de lutter contre le changement climatique en investissant dans des solutions plutôt qu’en aggravant la situation. Plus tôt cette année, le WWF avait noté que l’Etat belge versait au moins 2,7 milliards d’euros par an d’avantages fiscaux pour les combustibles fossiles. Le gouvernement flamand a annoncé lors de l’accord de coalition, qu’il indemnisera le plus possible les gros consommateurs d’électricité. C’est le monde à l’envers ! Le fonds pour le climat devrait servir à préparer une société à faibles émissions de carbone et encourager les entreprises à rendre leurs opérations durables, et non à les encourager à continuer de polluer.

Rester dans le passé ou aller de l’avant ?

La Wallonie et Bruxelles se sont engagés à améliorer leurs plans. La Flandre le « peaufine ». Actuellement, la déclaration gouvernementale du nouvel exécutif flamand ne contient pas beaucoup de mesures supplémentaires pour inverser la tendance. Le gouvernement fédéral a encore une chance de prendre le taureau par les cornes et d’inclure des mesures efficaces dans l’accord de coalition. Notre pays veut-il vraiment rester le maillon faible de l’Europe et laisser passer tous les avantage d’une transition écologique socialement responsable ?

Le citoyen belge veut une politique climatique efficace. Pour souligner cela, de nouvelles manifestations auront lieu ces deux prochaines semaines, ce vendredi 29 novembre et le dimanche 8 décembre.

La COP25 effectuera les derniers réglages avant l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. Le WWF sera fortement représenté au sommet de Madrid et suivra de près les négociations. Notre porte parole belge se rendra à Madrid le 5 décembre. Koen Stuyck est disponible au +32 499 70 86 41. Notre experte climat, Julie Vandenberghe est disponible à Bruxelles au +32 475 80 80 06

Plus d’informations :

Si vous souhaitez recevoir des informations régulières sur l’avancement des négociations ou si vous souhaitez vours rendre à la COP, envoyez un mail à koen.stuyck@wwf.be. Vous pouvez également suivre le compte twitter du WWF.

 

Liens: 

 

 

A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles