Earth Hour : climat et biodiversité sont les deux faces d'une même pièce

Earth Hour : climat et biodiversité sont les deux faces d'une même pièce

Lundi 12 mars 2018 — Après dix années de sensibilisation au changement climatique, Earth Hour 2018 se concentre sur un autre problème pressant qui menace notre planète : le déclin dramatique de la biodiversité.

Bruxelles, le 12 mars 2018 - Après dix années de sensibilisation au changement climatique, Earth Hour 2018 se concentre sur un autre problème pressant qui menace notre planète : le déclin dramatique de la biodiversité. Un phénomène aggravé par le réchauffement climatique mais qui y contribue aussi. De cette réciprocité peut émerger une bonne nouvelle : préserver la biodiversité, c’est aussi agir en faveur du climat. De ce fait, le WWF invite les citoyens à demander au gouvernement d’inclure la biodiversité dans les plans climatiques nationaux. Earth Hour sera célébré le samedi 24 mars de 20h30 à 21h30 dans le monde entier.

Le changement climatique exerce une pression supplémentaire sur la biodiversité (notamment l’assèchement des zones humides et la perte de paysages naturels, le blanchissement corallien et la perte de populations de poissons). La détérioration de la biodiversité exacerbe quant à elle le changement climatique (le déboisement et la conversion des zones naturelles représentent près d'un cinquième des émissions mondiales de CO2).

D'ici 2020, nous aurons perdu 67 % des populations de vertébrés en 50 ans. Celles-ci sont pourtant cruciales et indispensables à la bonne santé des océans, forêts et rivières. Sans espèces, ces écosystèmes cesseront de nous fournir de l'air pur, de l'eau douce, des aliments et services liés à la gestion naturelle et autonome du climat (stockage du CO2 et régulation du climat). Il est urgent de prendre conscience des énormes pertes infligées à notre écosystème mondial. La lutte contre le déclin de la biodiversité n'a jamais été aussi pressante.

 

Rivières, glaciers, montagnes et forêts

La perte de biodiversité se fait aussi sentir au plus près de nous à savoir dans les villes et ce, à une échelle beaucoup plus grande que nous ne le pensons.  La deuxième grande métropole d'Afrique du Sud, le Cap, se prépare à une pénurie d’eau, appelée le « jour zéro » (probablement le 23 mai). En Belgique, la Flandre fait également face à un manque d’eau. Le nord du pays dépend de la Wallonie pour son approvisionnement en eau potable. Si nous continuons de perturber nos rivières, glaciers, montagnes et forêts, près de la moitié de la population mondiale manquera d'eau à l’horizon 2030.           

Notre approvisionnement en aliments repose également sur la biodiversité. Aujourd'hui, 90 % des stocks mondiaux de poissons sont non seulement surexploités mais aussi intoxiqués par les matières plastiques et les produits chimiques. Les récifs coralliens, zones d’incubation pour les mers, se détériorent. 30 % de notre nourriture dépend de la pollinisation par les insectes, mais ces espèces font également face à des pressions et leur nombre recule. Des cultures telles que le cacao et le café sont également menacées par le changement climatique.

 

Inverser la tendance   

L'humain n'a pas d'avenir sur une planète anéantie. Nous devons inverser la tendance et mettre un terme au déclin de la biodiversité. Une étude réalisée par le WWF, lors du sommet sur le climat à Bonn, a montré que très peu de pays prennent en compte la biodiversité dans leurs plans climatiques. Cependant, la conservation et la restauration des zones naturelles est l'une des armes les plus efficaces contre le changement climatique, tant pour l’atténuation de ses effets (absorption du CO2 dans l'atmosphère) que pour l'adaptation à ce changement (notamment la purification et la préservation de l’eau douce).

C'est pourquoi, à l'occasion d’Earth Hour, le WWF demande aux ministres compétents d'inclure la biodiversité dans leurs plans climatiques, et invite le grand public à partager sur les réseaux sociaux un dessin (voir ci-dessous) en identifiant les ministres : @McMcMarghem, @JokeSchauvliege, @celinefremault, @CarloDiAntonio.

 

En outre, pour Earth Hour 2018, qui aura lieu le 24 mars de 20h30 à 21h30, le WWF invite le public à :

  • Célébrer notre planète bleue et verte : au-delà d’éteindre ses lumières, Earth Hour, est aussi l’occasion de partager un moment à plusieurs et de réfléchir aux enjeux liés aux changements climatiques. Pour vous aider à faire de Earth Hour un véritable événement, le WWF offre des kits festifs gratuits qui contiennent de nombreux conseils pour organiser une fête à faible impact environnemental ainsi qu’un jeu pour découvrir toutes les facettes du changement climatique.

    Remplissez vite le formulaire pour recevoir votre kit festif gratuit chez vous !

  • Faire prendre conscience aux générations futures de l'importance de la biodiversité :  faites de vos enfants, neveux et nièces, cousins et cousines, filleuls et filleules ou enfants de vos amis des Rangers du WWF et conscientisez-les à concilier la lutte contre le changement climatique et le déclin de la biodiversité.

 

Notes à la rédaction :

  • Depuis son lancement en 2007 dans la ville de Sidney en Australie, l’action Earth Hour' a pris une ampleur planétaire : plus de 184 pays et 7.000 villes y participent et plus de 10.400 bâtiments et monuments célèbres (dont l’Atomium en Belgique) éteignent leurs éclairages durant l’Earth Hour. La raison de ce succès, c’est la préoccupation croissante des citoyens du monde entier face au changement climatique, et la nécessité urgente de travailler à des solutions.

  • Le WWF est une des plus grandes organisations internationales pour la conservation de la nature et une des plus expérimentées. Il est actif dans plus de 100 pays et compte plus de 5 millions de sympathisants dans le monde. Le but du WWF est de léguer aux générations futures une planète vivante. Le WWF œuvre pour la conservation des espèces sauvages et de leurs habitats naturels : forêts, zones humides et océans. Le WWF contribue également à trouver des solutions aux pollutions, aux gaspillages des ressources naturelles et au réchauffement climatique.
  • Soutenez le travail du WWF et surfez sur www.wwf.be.

FIN