La moitié des réserves naturelles d’Europe sont protégées seulement sur papier : cela doit changer selon le WWF

La moitié des réserves naturelles d’Europe sont protégées seulement sur papier : cela doit changer selon le WWF

Jeudi 9 février 2017 — Plus de la moitié des espaces naturels européens ne sont protégés que sur papier en raison de retards généralisés et d’une implémentation boiteuse par les États membres. C’est ce que montre un nouveau rapport du WWF, publié au moment même où le gouvernement flamand donne la permission à une entreprise privée de défricher une forêt naturelle dans la province du Limbourg, alors que cela va à l’encontre de toutes les lois européennes. Ce matin, une délégation d’élèves a rencontré le commissaire européen de l’environnement, Karmenu Vella, pour lui présenter plus de 7 500 dessins. De cette manière, les enfants ont voulu souligner l’importance de la nature. 

Bruxelles – Plus de la moitié des espaces naturels européens ne sont protégés que sur papier en raison de retards généralisés et d’une implémentation boiteuse par les États membres. C’est ce que montre un nouveau rapport du WWF, publié au moment même où le gouvernement flamand donne la permission à une entreprise privée de défricher une forêt naturelle dans la province du Limbourg, alors que cela va à l’encontre de toutes les lois européennes. Ce matin, une délégation d’élèves a rencontré le commissaire européen de l’environnement, Karmenu Vella, pour lui présenter plus de 7 500 dessins. De cette manière, les enfants ont voulu souligner l’importance de la nature.

7 500 enfants de plus de 350 écoles belges ont demandé aux décideurs politiques, à travers des dessins et des messages, de prendre davantage soin de la nature. Une classe bruxelloise de l’École du petit bois de Molenbeek a remis ce matin les dessins, ainsi qu’une lettre, au commissaire européen, Karmenu Vella. Tous les dessins sont sur http://educationwwf.weebly.com/.

Dans leur lettre, les enfants ont mis sur papier leur dilemme : lors de cet évènement, ils voulaient organiser un lâcher de ballons mais ils ont pris conscience que cela causerait de la pollution. Ils ont donc décidé d’abandonner cette idée, la nature et l’environnement étant les plus importants à leurs yeux. Ils ont demandé, avec insistance, au commissaire européen de prendre en compte le bien-être de la nature et de l’environnement dans chacune de ses décisions.

Une protection de la nature efficace : rien que des avantages

L’étude du WWF montre que, lorsque les espaces naturels sont protégés efficacement, il y a des avantages significatifs pour les espèces menacées et les économies locales.

Les Directives européennes ‘Oiseaux’ et ‘Habitats’ sont parmi les lois les plus efficaces au monde pour la protection de la nature. Récemment, la Commission européenne a confirmé le maintien de ces Directives, mais également l’amélioration de leur implémentation. Avec ce nouveau rapport ‘Preventing paper parks: How to make the EU nature laws work’, le WWF donne un aperçu général des problèmes sur le terrain et des solutions pour combler les lacunes existantes. Plus de zones maritimes protégées, des lois et des plans de gestion efficaces pour tous les espaces naturels, une augmentation des investissements et un meilleur contrôle de l’application des lois : voici plusieurs exemples de mesures qui assureront une réelle protection et restauration de la nature européenne.

Le gouvernement flamand ébranle les lois européennes

Antoine Lebrun, Directeur général du WWF-Belgique : « L’Europe dispose des lois parmi les plus strictes au monde pour la protection de la nature. Et pourtant, chaque jour, nous perdons des espèces et des habitats en raison de développements industriels illégaux. Même en Belgique, le gouvernement flamand a donné son consentement à une société privée pour abattre une forêt précieuse. Protéger la nature sur papier n’a pas de sens s’il n’y a pas une véritable application des lois, un plan de gestion efficace et un financement adéquat. Ce rapport indique clairement ce que les institutions européennes et les gouvernements nationaux doivent urgemment faire pour endiguer la perte de la nature et travailler enfin en faveur d’une utilisation plus durable de nos ressources naturelles ».

Des lieux uniques tels que les zones humides, les forêts, les chaînes de montagnes, les bassins fluviaux et les zones marines sont menacés par des failles dans la législation, par un manque d'analyse des impacts environnementaux et par des plans de gestion inadaptés ou insuffisants. Ces lacunes ouvrent la porte à des projets industriels préjudiciables : des activités de dragage qui assèchent les zones humides du Cota Doñana (Espagne), le développement des infrastructures d’un grand domaine skiable qui menace la survie de l’ours brun dans le parc national du Pirin (Bulgarie), le tourisme de masse qui menace les nids des tortues caouannes sur les côtes grecques, les techniques de pêche destructrices qui menacent les coraux mous, les crustacés et les baleines dans le Dogger Bank (Mer du Nord)… Tout ceci est contraire aux lois européennes de protection de la nature.

D’autre part, le rapport présente également des exemples de bonnes pratiques dans de nombreuses zones protégées, avec d’importants avantages pour la faune et la flore, les populations locales et leur économie. Une forte coopération entre les autorités locales et le secteur privé a, par exemple, transformé le 'Tiroler Lechtal’ autrichien en un véritable symbole de fierté local et une destination touristique durable. Grâce à la pression de la Commission européenne et à une interdiction de la pêche au filet en Finlande, une espèce de phoque, parmi les plus menacées au monde, est en train de se rétablir. À Torre Guaceto (Italie), la gestion de la zone marine protégée s’est fortement améliorée grâce à l’implication active des communautés locales de pêcheurs qui s'accompagne d'une augmentation de leurs revenus.

« Le succès public et politique de la campagne #NatureAlert menée par le WWF et d’autres organisations environnementales a montré que la conservation de la nature devrait être au cœur de la politique européenne. Travailler en respectant la nature offre de nombreux bénéfices tangibles pour les hommes et leurs économies et devrait être la force motrice de la future transformation des secteurs agricoles, énergétiques et des transports. » conclut Geneviève Pons, Directrice du bureau européen du WWF. 

 

Annexes :

[1] Le rapport est disponible :

Dans sa totalité : http://awsassets.panda.org/downloads/wwf_preventing_paper_parks_full_report.pdf

Résumé : http://awsassets.panda.org/downloads/wwf_preventing_paper_parks_summary.pdf
 

[2] Que faut-il pour implémenter pleinement et efficacement les Directives ‘Oiseaux’ et ‘Habitats’ sur le terrain ? Le WWF appelle les États membres et la Commission européenne à intensifier leurs efforts avec les priorités suivantes :

  • Procéder à la désignation des zones Natura 2000 en mer ;
  • Développer des mesures de protection et des plans de gestion pour tous les sites Natura 2000
    • Accroître les investissements pour le réseau Natura 2000
    • Renforcer l’implémentation des lois de protection de la nature dans toute l’Europe
Claudia Amico Torre Guaceto WWF 2016
Sites de préoccupation
Asko (Suède)
Etudes de cas
Schaalsee (c) Thomas Neumann WWF