La Banque nationale peut et doit jouer un rôle dans la lutte contre les changements climatiques

La Banque nationale peut et doit jouer un rôle dans la lutte contre les changements climatiques

Lundi 30 octobre 2017 — Des élus politiques ont débattu ce matin au Parlement fédéral des risques financiers liés au changement climatique pour notre pays. Les banques centrales des pays voisins ont déjà commencé à prendre des mesures. La Banque Nationale de Belgique (BNB) dit que pour notre pays le risque financier est de 80 milliards de dollars. 

BRUXELLES – Des élus politiques ont débattu ce matin au Parlement fédéral des risques financiers liés au changement climatique pour notre pays. Les banques centrales des pays voisins ont déjà commencé à prendre des mesures. La Banque Nationale de Belgique (BNB) dit que pour notre pays le risque financier est de 80 milliards de dollars. « C’est un risque gigantesque pour notre planète, notre épargne et l’économie belge », insistent Laurien Spruyt et Sarah Schlitz, co-présidentes de la Coalition Climat. « Nous appuyons la demande de la BNB pour des études plus approfondies.»

Par le biais de la campagne Banqueroute de la Coalition Climat, plus de 4.000 citoyens ont demandé à leur banque de ne plus investir leur épargne dans des combustibles fossiles. BNP Paribas, ING, KBC et Belfius investissent au total plus de 40 milliards d’euros dans le pétrole, le gaz et le charbon. Des investissements en totale contradiction avec les engagements, confortées par l’Accord climatique de Paris, de limiter le réchauffement climatique à 2°C, voire 1,5°C. Pour atteindre l’objectif fixé par l’Accord, il faudrait que 85% des ressources fossiles connues restent dans les sols. Ce qui signifie clairement que ces milliards investis constituent un énorme risque, car la valeur des réserves de combustibles fossiles est principalement basé sur le principe de pouvoir exploiter ces réserves pleinement.   

« Les banques centrales des pays voisins sont bien conscientes du risque », assure Sébastien Mortier, expert en désinvestissement pour la Coalition Climat. « La Banque centrale néerlandaise tire d’importantes leçons de son second rapport ‘Waterproof’.  La ‘Bank of England’, la banque centrale de Grande-Bretagne, a déjà lancé plusieurs études sur le sujet, alors que la France, elle, a déjà prévu un cadre légal, connu sous le nom de ‘Loi de la transition énergétique’ . Mais en Belgique, on semble avoir nié ce risque jusqu’à aujourd’hui. »

Les Pays-Bas agissent, la Belgique est à la traîne

Henk-Jan Reinders et Maarten Vleeschhouwer de la Banque centrale néerlandaise sont venus présenter les conclusions du rapport ‘Waterproof. An exploration of climate-related risks for the Dutch financial sector’ (‘Waterproof. Une exploration des risques liés aux changements climatiques pour le secteur financier des Pays-Bas’) au parlement belge. “Si on attend trop longtemps pour faire les investissements nécessaires à une transition zéro carbone, cela risque de devoir se passer de manière plus brusque, et il y aura d’importantes conséquences financières et économiques”, dit   Maarten Vleeschhouwer.

La Banque Nationale de Belgique reconnaît aussi que les changements climatiques comportent des risques considérables pour le secteur financier belge, mais elle indique qu’il y a un manque de données pour pouvoir estimer ces risques de manière précise. Selon la BNB ces risques s’élèveraient à environ 80 milliards d’euros (banques et assurances).

Tous les représentants politiques présents étaient d’accords sur le fait que plus d’étude et de données sont nécessaires, ils ont donc demandé à la BNB de faire plus de recherches à ce sujet.

> Consultez les recommandations complètes faites à la Banque nationale
> Retrouvez l’étude sur les investissements des grandes banques belges dans les énergies fossiles

> Découvrez les deux études ‘Tijd voor Transitie’ et ‘Waterproof’ de la Banque néerlandaise

 

À propos de la Coalition Climat

La Coalition Climat est une ASBL de droit belge qui regroupe une septantaine de membres issus des mouvements environnementaux (entre autres le WWF), des mouvements Nord-Sud, des syndicats et d’organisations socio-culturelles. L’association a pour but d’inciter les décideurs politiques à prendre les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Ce dernier constitue non seulement une menace pour l’environnement mais aussi pour la justice sociale en Belgique et à travers le monde. 

de g. à d. Annemie Maes (Groen), Raf Suys (CD&V), Bert Wollants (N-VA), Willem-Frederik Schiltz (Open VLD), Georges Gilkinet (Ecolo) et derrière: Gaëtan Dubois (PVDA), Michel De Lamotte (CDH)
Jo Swyngedouw, chef de la politique prudentielle et stabilité financière pour la Banque Nationale de Belgique, explique
Les décideurs politiques et la modératrice Alma De Walsche
La Salle du Congrès