La coalition "4sea" demande de laisser éclore la flore du littoral, même après le Coronavirus

La coalition "4sea" demande de laisser éclore la flore du littoral, même après le Coronavirus

Ces dernières semaines, la flore du littoral a profité du calme et de l'absence des touristes. Ces végétaux sont le signe d'une restauration naturelle des dunes et offrent une meilleure protection de la côte belge. Nous demandons aux municipalités de ne pas arracher ces végétaux au profit de plages lisses et artificielles. C'est mieux pour la nature et pour le portefeuille des stations balnéaires.   

Bruxelles, 13 mai 2020 - Ces dernières semaines ont été spéciales et imprévisibles. La Coronavirus a engendré et engendre encore beaucoup de souffrance humaine. Les conséquences économiques exactes du lock-down sont encore méconnues. Mais maintenant que nous pouvons regarder l'avenir, il est important de préserver les effets positifs de cette crise. Sur la plage, la flore a profité du calme et de l’absence des touristes. Ces végétaux sont le signe d'une restauration naturelle des dunes et offrent une meilleure protection de la côte belge. Nous demandons aux municipalités de ne pas arracher ces végétaux au profit de plages lisses et artificielles. C'est mieux pour la nature et pour le portefeuille des stations balnéaires.  

Les effets de la crise du Coronavirus sont visibles sur la plage

Les mesures de confinement ont engendré une augmentation du nombre de randonneurs dans les réserves naturelles, mais il y avait moins de monde à la côte. Sur les plages où les municipalités n'avaient pas prévu d'entretien, les plantes en ont profité pour pousser en toute tranquillité. Selon VLIZ (l’Institut flamand pour la mer) , 1/3 des plages compte entre 10 et 1000 fois plus de plants de Roquettes de mer. En plus de cette plante, l’Agropyre a feuilles de jonc et la soude ont été les premières à germer. Ces végétaux sont de vrais amoureux de sel. La Roquette de mer répand même ses graines via l'eau de mer. Ces plantes retiennent le sable sur la plage et sont donc le moteur de la formation des dunes embryonnaires.

Les plantes nous protègent de l'élévation du niveau de la mer

Au cours des dernières décennies, la plage de nombreux endroits de la côte est passée d'une zone de transition naturelle entre la mer et la terre à une zone de loisirs intensivement utilisée. Cela s'est fait au détriment de la résilience naturelle de la zone côtière. Une résilience dont nous avons besoin pour absorber les conséquences de l'élévation du niveau de la mer. Les dunes sont un élément clé pour restaurer la résilience naturelle. Lors d'une tempête, par exemple, elles retiennent beaucoup mieux le sable, ce qui réduit le risque de formation de falaises.

Qui connaît encore les belles fleurs roses de la Roquette de mer ?

Personne ne peut prédire comment le tourisme côtier évoluera après la crise du Coronavirus. Il ne fait aucun doute que le tourisme est une bouée de sauvetage importante pour les habitants du littoral et nous devons le protéger. Faut-il désormais choisir entre tourisme et nature ? Non. Absolument pas. Cependant, il est impératif de parvenir à un meilleur équilibre entre les deux. Les loisirs sont bien sûr la première priorité sur les plages des stations balnéaires. Mais cela ne signifie pas que la nature doit y disparaître complètement. Les belles fleurs roses de la Roquette de mer peuvent parfaitement se marier avec les serviettes de plages colorées. De plus, les plantes font dériver moins de sable sur la digue, ce permet une économie dans les lourds et coûteux travaux de nettoyage. 

Et si nous continuions à cultiver les plantes apparues ces dernières semaines en ne nettoyant pas les plages à la machine ? Et si nous y lions également une campagne de sensibilisation afin que les touristes se familiarisent avec une plage naturelle, une plage qui accueille des plantes ? Et qu’ils apprennent que les plaines de sable lisses et sans biodiversité sont en fait artificielles ? Et si nous travaillions avec des organisations telles que Proper Strand Lopers sur une plage sans déchets ? Cela éliminerait également la nécessité d'un nettoyage mécanique coûteux de la plage et chaque visiteur de la plage pourrait profiter de vraies fleurs sur la plage.

L'avenir se teint naturellement de vert, également sur la côte

Ce qui est certain, c'est que c'est le moment idéal pour avoir "un déclic" et restaurer ensemble la résilience économique et la résilience naturelle de la côte belge. Ce n'est qu'alors que notre littoral restera un endroit agréable où séjourner et partir en vacances, même avec l'élévation du niveau de la mer.

 

 

Texte écrit par "4Sea" - Unir nos forces pour une politique marine et climatique forte :

Krien Hansen, chargé de mission Mer du Nord et côte, Natuurpunt

Sarah Vanden Eede, Responsable des politiques océaniques, WWF-Belgique

Erik Grietens, responsable des politiques, Bond Beter Leefmilieu

Mathieu Soete, expert en énergie, Greenpeace Belgique

En étroite collaboration avec Bart Vanwildemeersch, Fédération de l'environnement de Flandre Occidentale

 

 

A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles