Langerlo : « Tirer les enseignements pour la Wallonie »

Vendredi 7 avril 2017 — IEW, WWF et Greenpeace se réjouissent de la décision de l’Agence flamande de l’énergie (VEA) de ne pas accorder de délai supplémentaire pour le démarrage de la centrale biomasse à Langerlo. C’est aussi un signal fort pour la Wallonie.

IEW, Greenpeace et WWF se réjouissent de la décision de l’Agence flamande de l’énergie (VEA) de ne pas accorder de délai supplémentaire pour le démarrage de la centrale biomasse à Langerlo. C’est aussi un signal fort pour la Wallonie.

Cette décision constitue une importante victoire pour le mouvement écologique et citoyen local qui conteste le projet depuis des années. Il s’agit également du seul choix logique pour l’environnement et le consommateur. Une accélération du développement de l’énergie solaire et éolienne, ainsi que des efforts accrus dans le domaine de la chaleur écologique, doivent maintenant nous mettre sur la voie d’un futur énergétique durable et abordable.

Cela fait longtemps que les organisations environnementales affirment que les grandes centrales biomasse sont néfastes pour l’environnement et le consommateur. Brûler des arbres entiers n’est pas la solution pour sauver le climat.  En outre, le choix d’une centrale biomasse à grande échelle est coûteux et pèse donc sur les deniers publics alloués aux énergies renouvelables.

Une recherche menée par Energyville (1) à la demande du mouvement écologique démontre que nous pouvons épargner 1 milliard de subsides en choisissant l’énergie solaire et éolienne au lieu de la centrale biomasse de Langerlo.

Olivier Beys de WWF ajoute: “Cette conclusion a déjà été présentée en 2015 par le bureau 3E dans une étude (2) sur le coût de la biomasse en Belgique. Sur base de ces arguments, il est clair que la fermeture de Langerlo nous permet un future énergétique durable comprenant bien plus d’énergie solaire et éolienne.”

La situation à Langerlo est également un très bon exemple à ne pas suivre pour la Wallonie qui a lancé un appel d’offre pour un projet de maximum 200MW. Cette centrale biomasse est trop coûteuse. La preuve : elle perd 10 millions d’euros par an. Fermons-la définitivement et tournons-nous vers l’énergie solaire et éolienne.


 

Notes :

(1) Vous retrouverez l’étude d’Energyville ici : energyville.be/nieuwsbericht/de-biomassa-centrale-langerlo-gegevens-en-alternatieven

(2)http://www.greenpeace.org/belgium/fr/vous-informer/rapports/Les-limites-de-la-biomasse-en-Belgique/

 

Published with Prezly