L’augmentation de l’empreinte belge en matière de déforestation doit nous préoccuper avertit le WWF

L’augmentation de l’empreinte belge en matière de déforestation doit nous préoccuper avertit le WWF

A l’occasion de la Journée internationale des forêts, le WWF Belgique publie une étude sur l’empreinte belge en matière de déforestation. La surface agricole et de forêts nécessaire pour produire nos importations de 7 matières premières (bois, soja, bœuf, cacao, huile de palme, café et caoutchouc) représente 3× la superficie de la Belgique. Le WWF demande aux autorités belges de mettre d’urgence en place une stratégie nationale contre la déforestation et appelle les Belges à veiller à leur consommation. 

BRUXELLES, 21 MARS 2019 – A l’occasion de la Journée internationale des forêts, le WWF Belgique publie une étude sur l’empreinte belge en matière de déforestation. La surface agricole et de forêts nécessaire pour produire nos importations de 7 matières premières (bois, soja, bœuf, cacao, huile de palme, café et caoutchouc) représente 10,4 millions d’hectares par an. C’est 3× la superficie de la Belgique. Notre empreinte a augmenté de 30% entre 2013 et 2017. 40% de celle-ci se situent dans des pays à haut niveau de déforestation. Certains de nos meubles, vêtements et denrées alimentaires sont responsables de la destruction de forêts tropicales riches en biodiversité. Le WWF demande aux autorités belges de mettre d’urgence en place une stratégie nationale contre la déforestation et appelle les Belges à veiller à leur consommation. 

De nombreux produits de notre quotidien sont, souvent à notre insu, responsables de la déforestation. Le soja utilisé pour nourrir le bétail et produire du biodiesel représente la première empreinte belge en matière de déforestation importée (1 286 000 hectares de notre empreinte se situent dans des pays à hauts niveaux de déboisement). Le cacao arrive en 2ème position (1 005 000 ha) devant le bois et le papier (755 000 ha), l’huile de palme (521 000 ha), le café (246 000 ha), le bœuf et le cuir (215 000 ha) et le caoutchouc naturel (167 000 ha). Notre empreinte a augmenté de 30% entre 2013 et 2017 en raison principalement d’une plus forte demande de produits bruts (soja, bois et cacao). 

 

Un énorme impact écologique et social 

Les forêts abritent 80% de la biodiversité terrestre et garantissent les moyens de subsistance de 1,6 milliards de personnes. Elles forment le plus grand réservoir de carbone après les océans. La déforestation est responsable de 20% des émissions mondiales de CO2. Lutter contre la dégradation des forêts s’impose comme une mesure cruciale pour freiner le changement climatique. La Belgique porte sa part de responsabilité car 40% de l’empreinte belge à l’étranger se situent dans des pays où les risques écologiques et sociaux sont élevés (Brésil, Côte d’Ivoire, Argentine, Russie et Indonésie). Dans ces pays, la destruction de forêts et savanes naturelles riches en biodiversité au profit de l’agriculture ou de la coupe de bois est souvent associée à des faits de corruption, d’accaparement de terres, de non-respect des droits des populations locales et des droits des travailleurs.  

Pour réduire la pression sur les forêts et les populations locales, la Belgique doit diriger ses efforts en priorité sur les produits à haut niveau de déforestation : le soja (Brésil, Argentine, Paraguay), le cacao (Côte d’Ivoire), le bois et le papier (Russie et Brésil) et l’huile de palme (Indonésie et Malaisie). Ces produits représentent 85% de l’empreinte belge à haut risque de déforestation. L’utilisation d’agrocarburants à base de soja et d’huile de palme devrait être proscrite en raison de la pression élevée qu’ils exercent sur les forêts. 

  

Manque de transparence 

L’étude du WWF pointe un manque de transparence sur les informations livrées aux consommateurs. Ceux-ci ignorent souvent si les produits qu’ils achètent sont liés ou non à la déforestation. Il existe peu de données disponibles et cohérentes sur le statut de certification environnementale et sociale sur le marché belge. Le WWF appelle les autorités belges à s’engager pour mettre fin à la déforestation importée. Au niveau européen, le WWF réclame une loi pour interdire les importations de produits liés à la déforestation.  

 

Consommer moins et mieux  

Le consommateur manque d’informations concernant d’éventuelles traces de déforestation dans les produits qu’il achète. Néanmoins, il peut limiter son impact et réduire sa consommation d’aliments transformés et de produits d’origine animale en optant pour de la viande issue d’un élevage local, biologique et extensif. Il peut privilégier les articles de deuxième main (meubles, sacs en cuir,…) ou recyclés (papier) et opter pour des produits certifiés (FSC pour le bois et le papier, RSPO pour l’huile de palme, Rainforest Alliance et Fairtrade pour le cacao et le café).  

Antoine Lebrun, CEO de WWF-Belgique : " Mettre fin à la déforestation est une des mesures prioritaires pour lutter contre le changement climatique et le déclin de la biodiversité. L’empreinte de la Belgique est considérable. Nous devons prendre nos responsabilités et favoriser des modes de production plus responsables. Le gouvernement, resté passif sur cet enjeu, doit s’engager rapidement. Les entreprises doivent se montrer plus transparentes et assurer que leurs produits ne contribuent pas à la dégradation des forêts, alliés précieux contre les émissions de CO2." 

 

Plus d'informations

 

  

Note à la rédaction 

  • Les élections législatives, régionales et européennes de mai 2019 détermineront l'orientation de nos gouvernements pour les cinq prochaines années. Ce triple scrutin est une étape essentielle de la réforme de notre société. Le WWF veut utiliser la campagne électorale pour inscrire la biodiversité et le climat à l'agenda politique de tous les partis. Pour aider nos futurs gouvernements, nous avons identifié quatre actions politiques concrètes: mesures pour le climat, mettre fin au commerce illégal de bois et de la faune, soutenir une agriculture saine pour les personnes et la nature et donner plus d'espace à la nature. Pour tout savoir sur la campagne sur https://wwf.be/fr/campagnes/elections2019/ 

  • Retrouvez notre communiqué de presse : http://www.wwf.be/presse 

  • Le WWF est l’une des organisations indépendantes les plus importantes et les plus expérimentées du monde en matière de protection de la nature. Elle est active dans plus de 100 pays et compte plus de 5 millions de sympathisants. Le but du WWF est de laisser une planète viable aux générations qui nous succèdent. Le WWF s’engage pour la conservation des espèces et de leurs habitats: forêts, zones humides et océans. Le WWF contribue également à apporter des solutions à la pollution, au gaspillage des ressources naturelles et au changement climatique. 

  • Soutenez le travail du WWF et surfez sur www.wwf.be.  

 

FIN 

Contactez-nous
A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles