Le WWF demande au gouvernement belge d'être plus ambitieux pour la protection de la mer du Nord

Le WWF demande au gouvernement belge d'être plus ambitieux pour la protection de la mer du Nord

L’augmentation des populations de poissons commerciaux à elle seule ne traduit pas un bon état de la nature de la mer du Nord.

Vendredi 20 juillet 2018 — La mer du Nord abrite plus de 2 100 espèces de plantes et d’animaux. Les stocks de poissons commerciaux ne représentent donc qu’une petite partie de toute la biodiversité marine de la mer du Nord. 

Bruxelles, le 20 juillet 2018 – Il y a une augmentation des poissons en mer du Nord selon certaines informations parues dans la presse. Peut-on dès lors affirmer que la mer du Nord se porte mieux ? Il est vrai que l'état de santé de la partie belge de la mer du Nord présente une tendance légèrement positive. En effet, la moitié des espèces de poissons exploitées commercialement a atteint un bon statut et l'autre moitié évolue positivement. Toutefois, la mer du Nord abrite plus de 2 100 espèces de plantes et d’animaux. Les stocks de poissons commerciaux ne représentent donc qu’une petite partie de toute la biodiversité marine de la mer du Nord.

Comme tous les pays européens, la Belgique était tenue cette année de publier un rapport sur l'état de sa partie de la mer du Nord, comme le prévoit la directive-cadre « Stratégie pour le milieu marin » de l’Union européenne. Dans son introduction, le rapport[1] souligne que dans la partie belge, malgré une évolution positive observée au niveau de différents éléments, le bon état écologique n'est pas encore atteint. L’eutrophisation de l'eau, la perturbation des fonds marins et la gestion des déchets posent encore problème. Autre défi pointé par le rapport : le nombre d’espèces non indigènes introduites par le biais des activités humaines ne cesse d'augmenter et les effets de la pollution sonore sur la biodiversité marine de la mer du Nord ne sont pas encore connus. En outre, d'autres études montrent que la mer du Nord est plus chaude et plus acide depuis les années 1970[2].

Depuis décembre 2016, le WWF réclame des mesures de conservation afin de maintenir ou de restaurer les habitats et les espèces locales. Cela concerne en particulier les fonds marins dans les réserves naturelles européennes de la mer du Nord. Selon les informations dont dispose le WWF, les mesures de protection et de contrôle sont encore insuffisantes dans ces réserves, ce qui perturbe encore la nature en mer du Nord. Pourtant, une obligation européenne existe pour parvenir à un bon état écologique d'ici 2020. Il importe donc que des mesures adéquates soient prises maintenant.

Sarah Vanden Eede, chargée de politiques Océan au WWF-Belgique : « Depuis des années, les fonds marins de notre mer du Nord sont perturbés par les activités humaines telles que l'extraction de sable et le chalutage, y compris dans les zones Natura 2000, malgré les règles de protection européennes. Les nombreuses espèces qui dépendent des fonds marins en souffrent. C'est pourquoi, le WWF réclame plus d'espace et de protection pour la nature en mer du Nord dans le nouveau plan d’aménagement des espaces marins. Notre campagne pour la mer du Nord attire l'attention sur ce point et donne aux citoyens l'occasion d'exprimer leurs préoccupations au sujet de la préservation de la nature en mer du Nord. »

 

MATÉRIEL DE CAMPAGNE

 

 

Notes aux rédactions :

Le WWF est une des plus grandes organisations internationales pour la conservation de la nature et une des plus expérimentées. Il est actif dans plus de 100 pays et compte plus de 5 millions de sympathisants dans le monde. Le but du WWF est de léguer aux générations futures une planète vivante. Le WWF œuvre pour la conservation des espèces sauvages et de leurs habitats naturels : forêts, zones humides et océans. Le WWF contribue également à trouver des solutions aux pollutions, aux gaspillages des ressources naturelles et au réchauffement climatique.

Soutenez le travail du WWF et surfez sur www.wwf.be .

 

FIN

 

 

[1] Lien vers le rapport

[2] Résultats du projet 4DEMON: http://4demon.be/