Les plus grands pollueurs du monde ont pris les pourparlers de l'ONU sur le climat en otage

Les plus grands pollueurs du monde ont pris les pourparlers de l'ONU sur le climat en otage

La seule lueur d’espoir vient d’Europe

MADRID - 15 décembre 2019 - La plus longue session UNFCCC de la COP s'est achevée dimanche matin avec les grands émetteurs - tels que les États-Unis, la Chine, l'Inde, le Japon, le Brésil, l'Arabie Saoudite et d'autres - qui ont nié leurs responsabilités. Ils ont bloqué les progrès à Madrid. Malgré les demandes d'actions de la part des pays vulnérables, de la société civile et de millions de jeunes du monde entier qui exigent une action climatique immédiate, les grands pollueurs résistent à tous les efforts pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5° C. La principale lueur d'espoir vient d'Europe.

Bien qu'elle ait été décrite comme une COP "ambitieuse ", il y a eu à Madrid un manque évident de volonté politique pour apporter les réponses exigées par la science. Les gouvernements réactionnaires profitent de la crise planétaire et mettent en danger l'avenir des générations futures. A l'exception de l'Union européenne, les plus gros émetteurs ont fait preuve d'un manque total de volonté pour agir contre le changement climatique à venir. Les pays devront justifier leurs positions, de plus en plus en désaccord avec la science et l'opinion publique, auprès des centaines de milliers de jeunes descendus dans la rue ces derniers mois, des nombreuses personnes qui souffrent déjà du changement climatique, et de leurs citoyens respectifs. Les résultats de ce sommet n'offrent aucun progrès sur l'organisation d'un marché du carbone, du respect des droits de l'homme, de la participation de la société civile ou de la perte et de la détérioration du financement en raison des impacts climatiques. 

Manuel Pulgar-Vidal, responsable du programme climat et énergie du WWF, déclare : "Malgré les efforts de la présidence chilienne, le manque d'engagement des grands pays émetteurs à intensifier leur action en faveur du climat a été trop difficile à surmonter. La position des grands pollueurs contraste fortement avec la science, les exigences croissantes de la rue et les graves conséquences qui se font sentir aujourd'hui dans les pays vulnérables".

Jessica Nibelle, porte-parole du WWF : "Nous savons ce qu'il faut faire et il n'y a plus de temps à perdre dans aucun débat. 2020 doit être différente. Nous plaiderons encore plus fort pour la protection de l'homme et de la nature. Les gouvernements rentreront chez eux et seront confrontés aux frustrations croissantes des mouvements des jeunes, des citoyens et des communautés vulnérables aux effets du changement climatique, et ils devront y faire face."

Bruxelles apporte une lueur d’espoir

L'engagement de l'UE en faveur de la neutralité climatique d'ici 2050 a été l'un des rares points forts de ce sommet. Avec les pays progressistes du Sud, l'UE peut remettre l'Accord de Paris sur les rails l'année prochaine.

La Belgique figure en queue du peloton européen. Heureusement, notre pays a finalement rejoint la Déclaration de San José (proposée par le Costa Rica), qui appelle au respect de l'Accord de Paris et à de grandes ambitions au niveau mondial. Notre pays a beaucoup de travail à faire pour se conformer à l'Accord de Paris. 

Les gouvernements wallon et bruxellois ont compris que nous devons faire avancer notre politique climatique. Nous espérons que le gouvernement flamand les rejoindra. Le WWF demande à la Flandre de coopérer de manière constructive avec les autres Régions afin de parvenir à une politique climatique efficace pour la Belgique. D'ici la fin du mois, la Belgique doit présenter son plan climatique pour les dix prochaines années et il est très difficile de savoir si elle sera en mesure d'atteindre les objectifs de Paris. 

Les pays ont encore la possibilité de montrer qu'ils sont déterminés à s'attaquer à la crise climatique en présentant, dès que possible en 2020, de meilleures promesses climatiques conformes à la science. 

Contactez-nous
A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles