Plus d’espace pour la nature en mer du Nord : la nouvelle campagne du WWF

Plus d’espace pour la nature en mer du Nord : la nouvelle campagne du WWF

Mardi 17 juillet 2018 — https://northseachallenge.wwf.be/petitionConnaissons-nous la riche biodiversité que renferme la mer du Nord ? Une nouvelle campagne du WWF incite le public à participer à une consultation publique du gouvernement pour réclamer plus d’espace pour la nature en mer du Nord. 

Bruxelles, le 17 juillet 2018 – Ostende, Knokke, Nieuport, la Panne, Coxyde, l’été rime le plus souvent avec plage ! Mais connaissons-nous vraiment la riche biodiversité que renferme la mer du Nord ? Une nouvelle campagne du WWF incite en effet le public à participer à une consultation publique du gouvernement pour réclamer plus d’espace pour la nature en mer du Nord. La consultation permet à chacun de donner son avis sur le nouveau plan d’aménagement des espaces marins proposé par le gouvernement.

Notre planète n’a qu’un océan. Il couvre plus de 70 % de la surface de la Terre et fonctionne comme un seul grand écosystème. Tout est lié. Un impact à l’autre bout du monde peut avoir des effets en mer du Nord, et inversement. Avec cette campagne, le WWF appelle chaque Belge à protéger notre petite partie de l’océan, la mer du Nord.

 

Un écosystème sous pression       

La mer du Nord est un écosystème important, qui abrite plus de 2 100 espèces de plantes et d’animaux dans un paysage sous-marin de bancs de sable et de lits de gravier. Une partie de ce territoire présente une biodiversité de grande valeur et fait partie du réseau   Natura 2000. La vie qui fourmille sous la surface de l’eau est largement méconnue des Belges. Notre mer du Nord ploie sous la pression croissante des activités humaines. Malgré la reconnaissance par l’Europe de certaines zones riches en biodiversité, le statut de protection associé à cette reconnaissance existe surtout sur papier. Dans les zones protégées, des activités potentiellement destructrices comme la pêche, l’extraction de sable ou les exercices militaires se poursuivent sans restriction. Et c’est regrettable. Car il s’agit aussi de la plus vaste zone naturelle de notre pays.

Saviez-vous par exemple que la mer du Nord et la Manche voisine constituent la zone navigable qui subit le trafic le plus intense au monde ? Ajoutez à cela l’accès à l’un des plus grands ports du monde, la pêche intensive, le dragage, les opérations militaires, une côte touristique densément peuplée, l’extraction de sable… et vous comprendrez combien la pression est intense sur notre petit bout de mer du Nord. Y a-t-il encore de la place pour la biodiversité dans tout cela ?

→ Tentez notre quiz sur northseachallenge.wwf.be et découvrez les trésors cachés de la mer du Nord !

 

Un nouveau plan à l’horizon

D’ici 2020, le gouvernement doit approuver un nouveau plan d’aménagement des espaces marins pour la période 2020-2026. Pour cette révision, toutes les parties prenantes ont été consultées, qu’il s’agisse des entreprises, des groupes d’intérêt ou des autorités publiques. Les ONG belges telles que le WWF-Belgique, Greenpeace, Natuurpunt et Bond Beter Leefmilieu ont décidé de s’associer afin de parler d’une seule voix et d’être mieux entendues. Malheureusement, ce rassemblement d’acteurs engagés pour l’environnement ne suffit pas à garantir le répit et l’espace dont la nature a besoin en mer du Nord. L’avant-projet du nouveau plan d’aménagement a été soumis à une large consultation publique. Le WWF a donc décidé d’intervenir pour réclamer plus d’espace pour la nature en mer du Nord dans le nouveau plan d’aménagement des espaces marins.

Sarah Vanden Eede, chargée de politiques océan au WWF-Belgique : « Le texte de vision à l’horizon 2050 pour la mer du Nord, proposé en décembre dernier, indiquait que l’équilibre naturel de l’écosystème marin devait être à la base de la gestion de la mer du Nord. Pour chaque activité, il faut réfléchir à une intégration harmonieuse dans l’écosystème marin, de manière à éviter autant que possible les dégâts environnementaux. Mais nous avons aussi besoin de zones réservées exclusivement à la nature. De telles zones existent, elles sont d’ailleurs reconnues comme sites Natura 2000 par l’Europe. En autorisant diverses activités dans ces zones, nous transgressons donc les directives européennes mais surtout, nous privons la nature de zones refuges. »

→ Agissez maintenant : Surfez sur northsea.wwf.be et aidez-nous à protéger la biodiversité de la mer du Nord.

 

Matériel de campagne

 

Note aux rédactions

Ce n’est qu’en 2003, 40 ans après la première loi belge sur l’aménagement du territoire, qu’un plan d’aménagement du territoire marin a été concrètement envisagé pour la première fois. La Belgique a été l’un des premiers pays au monde à se pencher sur cette problématique. Le plan devait déterminer qui peut mener quelle activité et à quel endroit. Mais sa mise en route a pris un temps considérable. Il a fallu attendre 2014 avant que le premier plan d’aménagement des espaces marins pour la partie belge de la mer du Nord soit enfin une réalité. Le plan court sur une période de six ans, de 2014 à 2020. De cette façon, les autorités s’imposent d’évaluer régulièrement le plan et de l’adapter le cas échéant. Le plan décrit et cartographie les zones où différentes activités peuvent se dérouler, telles que la navigation et le dragage, la pêche, les manœuvres militaires, les éoliennes, etc. 1 237 km² ont été réservés à la protection de la nature, soit 36 % de notre partie de la mer du Nord. Malheureusement, les autorités ont aussi prévu de nombreuses exemptions, si bien que notre aire naturelle protégée en mer du Nord ne l’est bien souvent que sur papier.

#NorthSeaChallenge : plus d'espace pour la nature en mer du Nord