Premier couple de loups en Flandre : pour une bonne cohabitation, des mesures d’aide aux éleveurs sont nécessaires

Premier couple de loups en Flandre : pour une bonne cohabitation, des mesures d’aide aux éleveurs sont nécessaires

Après un séjour presque inaperçu de sept mois, il semblerait que Naya soit à présent accompagnée d'un deuxième loup. Une véritable meute sera peut-être bientôt présente dans notre pays. De quoi susciter une grande ferveur dans le monde naturaliste ! Mais avant de rêver ou de crier au scandale, il est utile d’étudier les faits de ces derniers jours.

Après un séjour presque inaperçu de sept mois, il semblerait que Naya soit à présent accompagnée d'un deuxième loup. Une véritable meute sera peut-être bientôt présente dans notre pays. De quoi susciter une grande ferveur dans le monde naturaliste! Mais avant de rêver ou de crier au scandale, il est utile d’étudier les faits de ces derniers jours.

Habituellement, les loups préfèrent les proies sauvages au bétail. Cependant, certains loups comprennent rapidement que les animaux domestiques comme les moutons peuvent être des proies faciles. Bien évidemment, un loup ne fait pas la différence éthique entre attraper un mouton et attraper une proie sauvage. Il n’y a pas de gentil ou de méchant loup, mais un comportement normal de prédateur cherchant des proies pour se nourrir. Comme beaucoup d'autres phénomènes naturels, les bénéfices apportés vont parfois de pair avec certains problèmes… Mais dans le cas du loup, nous pouvons agir pour limiter la prédation sur le bétail. Un loup doit apprendre que le bétail ne peut pas faire partie de son régime alimentaire.

L’expérience du WWF dans le monde entier montre que c’est seulement dans les régions où le loup a disparu depuis longtemps que des efforts supplémentaires doivent être faits pour réapprendre à vivre ensemble. Des mesures de protection des troupeaux peuvent être très efficaces et constituent des solutions durables, comme c’est le cas dans de nombreuses régions d’Allemagne. Des clôtures adaptées (électriques) mises en œuvre correctement, et/ou l'utilisation de chiens de protection peuvent pratiquement éliminer tous les dommages causés par le loup.

L'exemple allemand

En Allemagne, où le loup est établi, les agriculteurs sont subsidiés pour mettre en place ces mesures de protection. Là où le loup n’a pas encore établi de territoire, les clôtures mobiles « wolfproof » sont souvent disponibles gratuitement en tant que solution d’urgence.Le loup est de retour en Allemagne depuis maintenant 18 ans. La politique volontariste du gouvernement allemand nous montre que la cohabitation est possible et que cela ne doit pas nécessairement être une histoire opposée entre nature et agriculture, mais que le loup peut s’intégrer sans problème dans les paysages dominés par les humains.

Corentin Rousseau, expert au WWF-Belgique : « Nous appelons donc le gouvernement belge à faire face à cette nouvelle situation en aidant les éleveurs. D’excellentes connaissances pour une bonne cohabitation ont été développées dans nos pays voisins. Le WWF travaille d’ailleurs déjà dans dix pays européens pour améliorer la coexistence entre l'agriculture, l'élevage, la pêche, la chasse et les grands prédateurs. La Belgique doit utiliser ces connaissances et adopter une politique active qui aide financièrement et techniquement les agriculteurs à bien protéger leurs animaux.»

 

 

Contactez-nous
A propos de WWF-Belgium

WWF-Belgium
Bd Emile Jacqmainlaan 90
1000 Brussel / Bruxelles